LE BEAU FESTIVAL

Le Beau Festival est de retour ! Avec son modèle économique bancal, ses prises de risque inconscientes et son nom à la limite de la blague (le pôle digital strategy a finalement refusé de le changer en Beauf Estival). Sans chercher à grossir, ni même forcément respecter un format en particulier, juste pour se faire plaisir et programmer des groupes qu’on aime.

Thurston Moore (Solo)

“Faut-il vraiment présenter Thurston Moore ? Disons pour faire simple que le guitariste et chanteur a co-fondé Sonic Youth en 1981, avant d’en faire l’un des groupes emblématiques du rock alternatif américain. Engagé très tôt dans la musique expérimentale, il rejoint le quartet de Glenn Branca à 24 ans, aux côtés duquel il s’initie à la guitare préparée, puis croise la route du groupe CAN, et notamment celle d’Irmin Schmidt, avec qui il joua en 2016, au Musée du Louvre. Engagé depuis plus de vingt ans dans une carrière solo (dont les mémorables « Trees Outside The Academy » et « The Best Day »), Thurston reste, à 57 ans, l’un des derniers piliers de la scène new-yorkaise.” Gonzai

Jacco Gardner‘s Somnium

On a attendu que Jacco Gardner sorte son album le plus étrange, le plus mystérieux pour le programmer. Après « Cabinet of curiosities » et « Hypnophobia », Jacco Gardner nous offre « Somnium », un album totalement instrumental visant d’autres sphères que la pop psyché de ses débuts.
Composés à Lisbonne, à partir de rêveries et errances nées dans les rues sinueuses, les douze morceaux nous plongent dans une exploration mélodique parfois futuriste.
« Cet album offre le vrai mystère et l’étonnement qui ne demandent qu’à être découverts. »
Le live aura lieu dans une disposition quadriphonique centrale inédite qui promet une expérience unique.

Chris Cohen

Inutile de présenter l’ex-membre de Deerhoof dont le troisième album solo sortira en avril sur Captured Tracks. Pour ceux qui n’ont pas suivi, Chris Cohen est un musicien de 37 ans natif de Los Angeles et résidant actuellement dans les terres du Vermont. Membre de The Curtains, Cryptacize, Deerhoof et Natural Dreamers, il a contribué à la réalisation de 10 albums entre 2002 et 2008. En parallèle, Cohen a aussi tourné avec White Magic, Cass McCombs, Haunted Graffiti et Danielson, entre autres. Toutes ces expériences l’ont poussé à sortir son premier long format en solo pour le label Captured Tracks, « Overgrown Path ». S’en suit un second opus, « As If Apart », sorti en mai 2016. Artiste touche à tout (chanteur et batteur, mais jouant aussi de la basse, du synthé Casio MT65, du piano et de la guitare), Chris Cohen écrit de la musique qu’on qualifierait de pop psychédélique, rappelant le meilleur de Robert Wyatt, Mayo Thompson, Syd Barrett ou encore Jerry Garcia. Ses deux albums propagent de délicats et inattendus arrangements autour de sa voix relaxante, révélant un univers détaillé et complexe dans chaque morceau.

HAHA Sounds Collective

Attention name droping, le casting de ce projet inédit est impressionnant : Laetitia Sadier, Syd Kemp, des membres de Broadcast, Ulrika Spacek, Vanishing Twin, YougHusband ou encore Snapped Ankles… Au nombre de vingt-cinq, ils forment un chœur et un groupe d’accompagnement instrumental ayant ses racines dans le jazz, les bandes originales de films et la musique d’avant-garde. Cette chorale accompagnée d’un groupe reprend des classiques comme l’album Earth Rot de David Axelrod, Cortex ou encore Don Cherry and the World Experience Orchestra. Se basant sur des archives cinématographiques, des samples de library music et des orchestrations d’avant-garde, ils proposent un répertoire qui n’a jamais été joué en live.

Eerie Wanda

“J’aime penser que je suis connecté à une autre dimension qui m’envoie les chansons et que je peux les attraper si je suis dans la bonne zone.” Voilà comment Marina Tadic décrit son processus créatif sur « Pet Town », le deuxième album de son projet Eerie Wanda. Ce disque fait la part belle à la mélancolie et résulte d’une réflexion personnelle de la part de Marina : réaliser un exercice de créativité isolée, pour mieux tisser l’essentiel de sa musique. En utilisant des techniques d’enregistrement minimales, elle réalise ces dix chansons à partir d’une intuition pure, tout en s’inspirant de la solitude.

L’Eclair

Que se cache derrière le curieux sobriquet qu’est l’Eclair ? Le groove. Comme si Curtis Mayfield avait une extinction de voix et qu’il avait viré ses violons. Comme si Soul Train n’était plus une bizarrerie nostalgique de bobos mais bel et bien une évidence à prendre au pied de la lettre. Comme si Booker T & The MG’s venaient de l’Europe de l’est. L’Eclair est encore plus obscur que la B.O. d’un film des 70s jamais sorti, et se compose de Space Krum à la batterie, Luciano LaBruxelle aux percussions, Cobra à la basse wah wah, Monsieur Chine aux claviers wah wah et le colonel Gengis Love à la guitare wah wah. L’Eclair revendique le Game et les gangs, ainsi qu‘un kraut-exo-soul-brutal-funk-turkish-groove garanti 100% sans costards.

Discovery Zone

Discovery Zone est l’espace dans lequel JJ Weihl, née à Berlin et membre de Fenster, explore la relation entre la pop, les collages sonores et la performance. Sur scène, elle crée un laboratoire cérémonial avec vocoder, theremin et guitar électrique pour déclencher une connection intime et fugitive avec le public, à l’image de la vie, une hallucination collective.

Luis Ake

Luis Ake ne connait pas les frontières, de la wave à la trappe, du R’n’B à la House. Débutant en jouant de la guitare en studio pour les productions hip hop de Travis Scott, Kendrick Lamar ou encore Schoolboy Q, il a ensuite voulu se concentrer sur des choses plus personnelles. Après avoir souhaité une « Vie Simple » sur son premier EP, il est maintenant de retour avec un « Ego » plus vulnérable et plus puissant que jamais. Dans un souci d’atteindre le hit pop, il représente un savant mélange entre le morceau à jouer en peaktime ou celui qu’on écoute en se prélassant sur le canapé. En tant que l’un des cerveaux à l’origine du collectif Karlsruhes 76666, il aide à développer de nouvelles idées pour la musique électronique contemporaine au-delà du clubbin’.

Domotic

Domotic aka Stéphane Laporte, continue à creuser le sillon de la musique électronique instrumentale, entre synth-wave et early electro de Detroit.
Avec ses synthés, effets et boites à rythmes analogiques, il écrit en live une bande son cinématique, intemporelle et subtilement expérimentale, qui fait « danser intelligent ».

Tonn3rr3

Par les forces répétitives des boîtes à rythmes et des synthés, par les peaux, l’acier et le bois des percussions, par les orgues et les claviers électriques d’un autre âge, Tonnerre invite à la danse et au syncrétisme sonore. Des rythmes psychédéliques nigérians qui échangent avec des pulsations électroniques héritées de Chicago et des sonorités d’une disco à la française : Tonnerre prône la divagation des paradoxes pour un mélange des sueurs et des ondes.

La Veillée Pop (dj set)

Organisateur de concerts indispensable à Paris, La Veillée Pop concocte des DJ sets éclectiques, de l’indie au jazz funky, en passant par le twist et les musiques électroniques. Refusant de s’affilier à une chapelle trop étriquée, notre commandant de bord préférera créer des ambiances toniques et impromptues, en toute décontraction.

Pantin Plage (dj set)

Amoureux transis, Nicolas et Oscar se sont dit oui sur le bord du canal de l’Ourcq. Ils embarquent sur leur bateau électrique de location, à bord duquel ils chantent les nuits brésiliennes en plein Paris (c’était la folie), et leur lune de miel à travers Pantin les emmène de la Bossa à l’Italo Disco, telle une AC Cobra filant toutes toiles ouvertes sur l’autoroute du soleil.

18 mai 2019

Festival

Ouverture des Portes
19h00

Billets EVENT FB

Partager cette page